Page:Fleury - Littérature orale de la Basse-Normandie, 1883.djvu/384

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


360 LITTÉRATURE ORALE

Met! pouer (i) Jean est biein malade, Biein malade, Du (2) merci (bis) ! Men p'tit Jean m'a demandâe La milleur' ché (3) d' Paris. J'i' aimais tant, tant et tant, J'I'aimais tant, chu (4) pouer Jean !

Men p'tit Jean m'a demandâe La milleur' ché d' Paris (bis). Mais j'n'avions pues qu'une vueille catte Qui n'savait pues hapâe (5) d'soueris J'I'aimais tant, etc.

Mais j'n'avions pues qu'une vueille catte Qui n'savait pues hapde d'soueris (bis). Mon p'tit Jean m'a demandâe Le milleur' vin d' Paris. J'I'aimais tant, etc.

Men p'tit Jean m'a demandâe Le milleur' vin de Paris (bis). Mais j'n'avions pues qu'un' vueille mare Où qu'no (6) met le Un à roui. J'I'aimais tant, etc.

(i) Pauvre, {touern\\ qu'une syllabe. — (2) Dieu. — (5) Chair, viande. — (4") Ce. — (>) H.iiier, auiaper. — (6) On.