Page:Fleury - Littérature orale de la Basse-Normandie, 1883.djvu/43

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DE LA BASSE-KORMANDIE 19

manville entre autres, le jour de la Saint-Germain, les enfants sont conduits solennellement à l'église pour remercier le saint de la destruction du ser- pent et lui demander sa protection pour l'a- venir.

Saint Germain est toujours représenté avec un animal à ses pieds. L'animal varie. C'est le plus souvent un petit quadrupède fantastique vomissant des flammes. On place la même bête aux pieds de saint Gire (saint GiUes).

Quelquefois, dit-on, on voit des enfants pleurer sans cause apparente et regarder dans certaine direction avec tous les signes de l'effroi. Les grandes personnes ne voient rien, mais on pré- tend que les enfants ainsi effrayés voient la bête saint Germain qui les menace. Pour faire cesser ces apparitions effrayantes, on se rend à l'église avec l'enfant, un prêtre lit sur sa tête l'évangUe du jour, on lui fait baiser la bête et l'on assure qu'après cela la bête ne se manifeste plus.

Antérieurement à la destruction du monstre, saint Germain avait fait une première apparition à Flamanville. Il était venu demander aux habi- tants de Diélette un terrain pour bâtir une église avec ses dépendances. On lui accorda tout ce