Page:Fleury - Littérature orale de la Basse-Normandie, 1883.djvu/48

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


24 LITTÉRATURE ORALE

Roussaïki russes, et comme ces dernières, quel- ques-unes d'entre elles ont été jadis des femmes, des jeunes filles. La plus célèbre des dames blanches de la Hague est la Demoiselle de Tonne- ville. On montre encore le manoir où elle a vécu autrefois avant de devenir dame blanche. Elle ap- partenait à la famille de Percy, qui n'est pas encore éteinte et dont un des derniers descen- dants a fourni des couplets au Mointis normand de 1832. Le manoir où elle vécut est une construc- tion de modeste apparence qui se distingue à peine des autres habitations des propriétaires aisés du pays. A quelle époque vivait-elle ? La tradition est muette sur ce point, mais on lui attribue d'avoir été impatiente, dure pour ses vassaux et surtout vindicative.

Une contestation était survenue entre la paroisse de Tonneville et la paroisse limitrophe de Flotte- manville au sujet d'une lande. On plaida avec acharnement de part et d'autre ; Mademoiselle de Tonneville, irritée des obstacles qu'elle rencon- trait, s'écria un jour :

« Si, après ma mort, j'avais un pied dans le ciel, et l'autre dans l'enfer, je retirerais le premier pour avoir toute la lande à moi. »