Page:Fleury - Littérature orale de la Basse-Normandie, 1883.djvu/66

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


42 LITTÉRATURE ORALE

femmes stériles vont en pèlerinage sur sa tombe et reviennent fécondes après avoir bu des eaux de sa fontaine. D'autres saints indiquent par leur nom les vertus qu'on leur attribue. A Brix, saint Jou- vin (Juvenis) est le protecteur et le conservateur de la jeunesse; saint Clair, à Nacqueville, fait voir clair à ceux dont les yeux sont malades, etc.

La vie de saint Jouvin est ignorée, mais saint Clair a sa légende. Anglais d'origine, il passa la Manche et s'établit quelque temps à Cherbourg, dans une maison située à l'angle de la rue des Moulins et de la place de la Révolution, qui se faisait remarquer, avant qu'on l'eût reconstruite, par des touffes de giroflées à fleurs jaunes, capri- cieusement éparses sur les murailles. Puis, trou- vant .la ville trop bruyante, il se retira dans une forêt qui s'étendait à l'ouest de Cherbourg sur la côte, et se fit bâtir un ermitage à Nacqueville. L'ermitage a disparu, mais on a construit sur l'emplacement une chapelle qui existe encore, et autour de laquelle il se tenait autrefois une as- semblée, la plus fréquentée des environs de Cher- bourg. L'assemblée a été transportée depuis sur un autre point du littoral et la chapelle se trouve au milieu de champs cultivés.