Page:Fleury - Littérature orale de la Basse-Normandie.djvu/17

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
V
PRÉFACE

ractéristiques. Mais je n’ai pas entendu chanter toutes les chansons que je reproduis. Beaucoup m’ont été communiquées par écrit ou dictées. Les airs que j’ai notés appartiennent généralement à la gamme populaire, qui n’admet pas la sensible dans le mode mineur et s’en passe souvent aussi dans le mode majeur.

La classification que j’ai établie m’a semblé la plus commode en présence des matériaux recueillis ; elle n’a pas d’autres prétentions.

J’ai placé au premier rang les Chants de l’année et les Cantiques. On trouvera ensuite les Chansons historiques et les Chansons de profession, de marins et de militaires. Les récits plus ou moins romanesques ont été classés sous le nom de Ballades. Je me suis contenté de quatre chansons de Bergeries ; j’ai fait une place un peu plus grande aux Chansons galantes, parce que j’ai compris dans cette division les mauvais ménages, les filles révoltées et les bons tours. Une section spéciale m’a paru nécessaire pour les Moines et les Nonnes. Cette section aurait pu être singulièrement enrichie ; je me suis borné à quelques échantillons.

Une partie des Rondes aurait pu trouver place dans les sections précédentes. J’ai cru cependant devoir les classer à part. Dans le département de la Manche, la ronde est la seule danse populaire, et les chants dont