Page:Fleury - Littérature orale de la Basse-Normandie.djvu/98

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
74
LITTÉRATURE ORALE

voulu commettre là ? Les magiciens, je les comprends, ce sont des savants qui font des prodiges parce qu’ils connaissent les secrets de la nature. Mais je ne comprends pas qu’on s’abaisse à être sorcier, car vous baisez le derrière du diable au sabbat ?

— Je n’en sais rien.

— Comment un homme de bon sens, un homme d’esprit comme toi peut-il faire de pareilles choses ?

L’apprenti sorcier retrouva ses habits où il les avait laissés. Pierre Hâtain le ramena chez lui, et tous deux allèrent dormir. Ce qu’il y a de curieux, c’est que le lendemain l’apprenti sorcier prétendit avoir dormi toute la nuit et soutint qu’il ne se souvenait de rien.

IV

LE CHIEN


C’était en hiver, le soir. Un certain nombre de voisins et de voisines étaient venus faire la veillée chez Jean des Domaines. Dans la vaste cheminée, un feu de