Page:Fonson, Wicheler - Le Mariage de mademoiselle Beulemans, 1910.djvu/174

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



M. DELPIERRE

Oui ! vous le connaissez ?


SUZANNE

Je suis Mlle Beulemans…


M. DELPIERRE

Mlle Beulemans ! Oh ! oh ! vous permettez ?

(Il lui reprend le plateau)

SUZANNE

Mais non… mais non, Monsieur… je ne veux pas.

(Petite lutte pour le plateau qu’on dépose finalement sur la table)

Nous avons fait connaissance d’une drôle de façon, Monsieur Delpierre, je vous demande bien pardon, vous savez.


M. DELPIERRE

C’est moi qui vous demande pardon. En somme, il était très amusant, le coup du plateau.


SUZANNE

Non, il était de mauvais goût. Mais vous étiez si comique !
Il ne faut plus jamais tenir un plateau avec des verres.


M. DELPIERRE

Je n’y ai guère mis de bonne volonté, vous en conviendrez, Mademoiselle ; je me suis montré bougon. J’étais contrarié de ne pas avoir trouvé mon fils à la gare et de n’avoir reçu de lui qu’un mot laconique m’annonçant qu’il était appelé dans cet établissement.