Page:Fonson, Wicheler - Le Mariage de mademoiselle Beulemans, 1910.djvu/193

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



BEULEMANS

Qu’est-ce que vous dites ?


M. DELPIERRE

Oui, il aime Mlle votre fille et pour lui je vous demande sa main.


BEULEMANS

Embrassez-moi, Albert !


Mme BEULEMANS

Beulemans, rendez-moi mon mouchoir.


BEULEMANS

Et embrassez votre fiancée !

On entend une vigoureuse et tonitruante musique dans la rue, jouant la Brabançonne.

BEULEMANS

C’est une sérénade pour moi !

Il va, ainsi que sa femme Suzanne et Albert, à la fenêtre et tous deux saluent gravement la foule qui crie sur l’air des lampions : Beulemans ! Beulemans !

RIDEAU




Imprimerie Ed. Fuytynck, Bruxelles.