Page:Fonson, Wicheler - Le Mariage de mademoiselle Beulemans, 1910.djvu/34

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



ALBERT

Alors je vous prie de vous en tenir là. Je ne veux d’aucune manière être mêlé à votre mariage. Votre petit préambule, où vous vous être montré hérissé de toutes vos mauvaises intentions à mon égard, me met tout à fait à l’aise pour vous dire que, moi non plus, je ne me sens nullement attiré vers vous. Par conséquent, cherchez quelqu’un de vos amis qui puisse me remplacer en cette occurrence.


SÉRAPHIN

C’est impossible !… sans ça.


ALBERT

Comment ?


SÉRAPHIN

Oui, c’est impossible ; parce que mes amis sont de bons garçons, mais ils ne sauraient jamais tenir leur langue… tandis que vous… Je ne vous aime pas, mais je sens que vous êtes un honnête homme et capable de garder un secret.


ALBERT

Ce qui vous met tout à fait à l’aise pour commettre un abus de… votre confiance.


SÉRAPHIN

Si vous voulez.


ALBERT

Oui, mais je ne me laisserai pas faire…