Page:Fonson, Wicheler - Le Mariage de mademoiselle Beulemans, 1910.djvu/57

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



SUZANNE et ALBERT

je vous crois !


BEULEMANS
(rentrant, il est très content).

Vous savez, garçon, c’est l’ouvrier qui a pris le vieux lot de bouteilles… Ce n’est pas votre faute… Je me le disais bien : avec mon expérience…


SUZANNE

Père, voyez un peu le beau chapeau de mère.


BEULEMANS

Tiens, oui.


Mme BEULEMANS

Je suis contente, tenez, de ne pas être présidente d’honneur, pour montrer qu’on n’a pas besoin de ça pour faire de l’effet… N’est-ce pas, Beulemans ?… Embrassez votre femme.

Ils s’embrassent.

SUZANNE
(à Albert).

Vous voyez comme c’est facile !


ALBERT

Et comme c’est gai !


FIN DU PREMIER ACTE