Page:Fonson, Wicheler - Le Mariage de mademoiselle Beulemans, 1910.djvu/63

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



BEULEMANS

Venez m’aider.


Mme BEULEMANS

Vous êtes tout de même un embêtant.

Elle s’approche et arrange le col de Beulemans pendant la suite du dialogue.

BEULEMANS

C’est vous qui êtes une embêtante. Si vous étiez un peu plus soigneuse sur le linge, ça n’arriverait pas. Je parie que c’est de nouveau la boutonnière qui est déchirée.


Mme BEULEMANS

Non, c’est simplement défait ! Vous devenez tellement gras… Vous faites tout pêter.


BEULEMANS

Attention ! vous pincez la viande avec !


Mme BEULEMANS

Non… non. C’est seulement votre pomme d’Adam.


BEULEMANS

Vous êtes adroite de vos mains comme…


Mme BEULEMANS

Oui ? alors faites-le vous-même.

(Elle s’éloigne.)