Page:Forestier - De la leucocythémie.djvu/25

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 25 —

thémie ganglionnaire les reins présentaient les signes d’une néphrite interstitielle, mais le tissu sclérosé de la néphrite était remplacé par des veines sinueuses de tissu lymphatique, facilement reconnaissables à leur teinte rosée, à leur amas de globules lymphatiques et à leur fin réseau de tissu adénoïde. La néoformation suivant le trajet des vaisseaux, s’était développée autour d’eux sans les pénétrer, sans les obturer.

Les différents viscères que nous n’avons pas encore vus, peuvent, chez les sujets qui succombent à la leucocythémie, présenter des lésions hémorrhagiques, pétéchies, ecchymoses, etc. Ces hémorragies sont fréquentes au cerveau ; ce sont elles alors qui souvent amènent le terme fatal. Elles résultent d’une augmentation de pression dans les vaisseaux de l’organe, qui résulte elle-même de l’oblitération d’un certain nombre de vaisseaux par les leucocytes qui s’y accumulent.

L’appareil visuel présente quelquefois des lésions analogues, siégeant dans la rétine surtout, qui ont été bien décrites par Liebreich, Becker, Rott, Perrin et Poncet, sous le nom de rétinite leucémique ou leucocythémique ; elles consistent en de nombreuses hémorragies punctiformes, disposées généralement en rayons, partant de la papille et formées surtout de globules blancs ; leur siège peut être variable, du reste.

On peut trouver des ecchymoses sur la muqueuse des cavités nasales, sur celle du larynx, de la trachée, des bronches. Dans le poumon, on trouve souvent des infarctus de leucocytes, des capillaires distendus par ces éléments, de petits kystes, des abcès résultant de