Page:Forestier - De la leucocythémie.djvu/27

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 27 —

lulaires, une hyperplasie plus ou moins vive, d’où une dyscrasie proportionnelle.

D’autres ont admis que les globules blancs se forment dans les ganglions et dans tous les organes lymphoïdes, et qu’ils se transforment en globules rouges en passant dans la rate et dans la moëlle osseuse. Ils en ont conclu que l’hypertrophie des ganglions et des organes lymphoïdes amène la production d’un plus grand nombre de globules blancs qu’à l’état normal, et qu’alors la rate s’hypertrophie à son tour, sous le coup de l’exagération de ses fonctions. Cet organe ne pouvant suffire à sa tâche, les globules blancs prédominent dans le sang et la leucocythémie est constituée.

Mais pour que cette dernière hypothèse fût jugée expérimentalement, il faudrait que l’extirpation de la rate fût suivie constamment de la leucocythémie. Ch. Robin, Vulpian, Legros et autres ont fait l’expérience bon nombre de fois, sans pouvoir parvenir à faire développer l’affection. Dans les deux hypothèses, il faudrait que l’hypertrophie de la rate, des ganglions, des organes lymphoïdes, précédât toujours la leucocythémie. Voyons donc ce que disent les faits : Cornil a fait l’analyse, dans les Archives générales de médecine, en 1865, d’un cas d’hypertrophie des ganglions lymphatiques, combinée à une maladie particulière de la rate sans leucémie. Feltz, par contre, a vu des leucémies sans lésions de la rate, ni des ganglions. Laptschinsky a vu la leucocythémie sans qu’il y ait hypertrophie de la rate ni des ganglions, pas plus qu’une altération de la moëlle osseuse.

Pour qu’il fût démontré que l’hypertrophie de la