Page:Forestier - De la leucocythémie.djvu/29

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 29 —


D’autres admettent, et ce sont Ranvier et Demange, que ces lésions lymphoïdes ont pour point de départ des ruptures vasculaires, donnant lieu à des apoplexies de globules blancs, si bien décrites par Ollivier et Ranvier. Nous reconnaissons, avec M. Picot, que cette dernière manière de voir semble être l’expression de la vérité. Il nous semble que, partant de cette idée, ce ne serait pas trop téméraire de penser que l’altération du sang est la lésion première dans la leucocythémie ; que c’est l’oblitération des vaisseaux par les globules blancs en excès dans la circulation, lesquels on le sait, circulent difficilement, qui provoque la rupture de ces vaisseaux, et par suite des apoplexies de globules blancs dans les organes, apoplexies pouvant être le point de départ des néoformations lymphoïdes ou lymphoïdoes qui constituent les lésions principales des organes dans la leucocythémie. On pourrait admettre ainsi, que la leucocythémie n’est pas forcément liée aux lésions de la rate, des ganglions, etc., puisqu’elle les provoquerait accidentellement. On pourrait croire que quand on a trouvé les lésions de ces organes seules, sans leucocythémie, c’est que l’on avait affaire à l’adénie, ou maladie de Hodgkin, qui se caractérise ainsi.

Admettons un instant que ce que mous venons d’exposer soit certain, il restera encore à rechercher la cause première de la leucocythémie qui, malheureusement, nous est complètement inconnue. Feltz a bien émis l’idée qu’on pouvait l’attribuer à une sorte de fermentation interne, mais c’est là une hypothèse qui n’est pas démontrée.