Page:Forestier - De la leucocythémie.djvu/30

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 30 —


V
ÉTIOLOGIE

Cette question est tout aussi obscure que celle que nous venons de traiter. Ni la clinique, ni la médecine expérimentale, n’ont encore pu nous fixer à ce sujet. Comme causes prédisposantes, on invoque une série de causes banales, telles que l’âge, le sexe, la constitution, etc. Nous serions tenté de croire que parmi nos animaux, le chien est celui qui y est le plus prédisposé ; c’est sur lui, en effet, que l’affection a été observée le plus souvent dans notre médecine. Si nous consultons l’ensemble des observations cliniques faites jusqu’à ce jour, nous sommes porté à admettre l’influence de la fatigue excessive, ou encore celle d’une mauvaise nourriture, l’épuisement par la lactation, comme causes déterminantes. Ainsi, sur trois cas de leucémie canine que nous avons observés, deux fois nous avons eu affaire au chien de berger, animal actif, travaillant beaucoup, et généralement mal nourri ; nos deux sujets étaient très-maigres ; par contre, le troisième cas a été présenté par un chien d’arrêt, gras à l’excès, ne travaillant pas. Notre maître, M. Mauri, a vu deux fois, chez l’espèce bovine, l’affection sur des vaches maigres, débilitées, par la lactation, le travail ou une mauvaise nourriture.

Il est bien entendu que nous ne recherchons ici que l’étiologie de la leucocythémie proprement dite, idiopathique ou progressive, et non celle de la leucocythémie symptomatique ou leucocytose de Virchow,