Page:Frébault - Apothicaire et perruquier.djvu/23

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CHILPÉRIC.

C’est que, pour la coiffure, il faut du temps…


BOUDINET.

Eh bien, raison de plus… Nous pouvons causer, en attendant.


CHILPÉRIC.

En attendant quoi ?


BOUDINET.

Eh bien, en attendant la, coiffure.


CHILPÉRIC.

Je ne saisis pas !


BOUDINET, haut.

Farceur ! toujours le mot pour rire… Eh ! eh ! eh ! je ne crains pas ça non plus, moi… (Il lui frappe sur le ventre.)


CHILPÉRIC, à part.

Ah çà ! est-ce que ça va recommencer ?


BOUDINET.

Voyons, causons donc un peu de là-bas… (Il s’assoit.)


CHILPÉRIC, de même.

De là-bas ?


BOUDINET.

Il parait que vous avez fait vos preuves, mon garçon ! Votre père est enchanté de vous ! vous êtes l’orgueil de votre endroit.


CHILPÉRIC, naïvement.

Le fait est que c’est moi qui faisais la barbe à tout le pays.