Page:Frébault - Apothicaire et perruquier.djvu/26

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ENSEMBLE.

CHILPÉRIC, à part.
––––––De mes mains frôler sa figure !
––––––Les plonger dans sa chevelure !
––––––La coiffer, hélas ! et mourir !
––––––Voilà, voilà ma seule envie !
––––––Je suis dégoûté de la vie.
––––––Puisque mon rêve doit finir !

BOUDINET, riant.
––––––Voyez un peu quelle figure !
––––––Le gaillard est à la torture !
––––––Il grille déjà de désir !
––––––Sa future lui fait envie,
––––––Il veut me fausser compagnie,
––––––Car il est pressé d’en finir !

BOUDINET.
––––––Sempronia n’est pas encor coiffée !

(Il se précipite vers la porte et lui barre le passage.)


CHILPÉRIC.
––––––Et justement ; voilà pourquoi je veux…

(Il essaye de passer.)


BOUDINET, l’interrompant.
––––––Sa chevelure est tout ébouriffée !
––––––Attendez donc, jeune homme impétueux !

CHILPÉRIC.
––––––En attendant, monsieur, l’heure se passe !
––––––Et vous verrez, je n’aurai plus le temps,
––––––De terminer la coif…

BOUDINET, le prenant au collet.
––––––De terminer la coif… Est-il tenace ?
––––––Morbleu ! du calme ! encor quelques instans

(Ils luttent ensemble.)