Page:Frébault - Apothicaire et perruquier.djvu/31

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



PLUMOIZEAU, furieux.

Ah ! c’est à devenir hydrophobe !


BOUDINET.

Puisque Plumoizeau est en ce moment à coiffer ma fille.


PLUMOIZEAU.

Quel Plumoizeau ? L’apothicaire.


PLUMOIZEAU.

Ça n’est pas vrai… c’est moi, l’apothicaire.


BOUDINET.

Taisez-vous donc… vous n’avez seulement pas pu coiffer Sempronia.


PLUMOIZEAU.

Mais je ne suis pas coiffeur !


BOUDINET.

Si…


PLUMOIZEAU, hurlant.

La preuve, c’est que je ne sais pas coiffer !


BOUDINET.

Ce n’est pas une raison !


PLUMOIZEAU, avec rage.

Il va me faire entrer en ébullition !…


BOUDINET.

Sortez !…


PLUMOIZEAU.

Saperlipopette !… si je ne me retenais… (Déclamant.)

Rendez grâce au lien qui retient ma colère !
De Sempronia encor je respecte le père !

(Il se pose tragiquement.)