Page:Frébault - Apothicaire et perruquier.djvu/32

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



BOUDINET.

Une fois… deux fois… veux-tu sortir ?… imposteur !…


PLUMOIZEAU, s’asseyant.

Je suis ici par la volonté de papa… je n’en sortirai que par la force des poignets… (Il casse une chaise.)


BOUDINET, furieux.

Brigand ! voilà qu’il détériore mon mobilier ! (Hurlant.) A la garde ! à la garde ! (Il le prend au collet.)


Scène X

BOUDINET, PLUMOIZEAU, CHILPÉRIC, SEMPRONIA en toilette complète de mariée ; elle, vient, ainsi que Chilpéric, de la gauche.



SEMPRONIA.

Ah ! mon Dieu ! qu’y a-t-il, mon père ?


BOUDINET, exaspéré ; il court par la chambre.

Des a… a… armes !… des a… a… armes !


SEMPRONIA.

Au nom du ciel, calmez-vous !


BOUDINET.

Me calmer !… me calmer !… Mais tu ne sais donc pas que ce misérable, à qui j’ai des démangeaisons de briser l’épine dorsale, (Il fait un mouvement. Plumoizeau recule avec précipitation.) prétend qu’il est venu ici pour t’épouser, lui !


CHILPÉRIC.

Lui !


SEMPRONIA.

Écoutez-moi, mon père. (Montrant Plumoizeau.) Monsieur n’est pas coupable