Page:Frébault - Apothicaire et perruquier.djvu/37

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



BOUDINET, relevant la chaise.

Pardieu ! voilà qui est original !…


CHILPÉRIC.

Et tout le monde va bien, là-bas ?


PLUMOIZEAU, très-vite.

Mais oui, grâce à Dieu ! Il n’y a que mon père qui a sa goutte, ma mère, sa péritonite aiguë, mon grand-père, ses rhumatismes, et ma tante sa péripneumonie inflammatoire ; à part ça, tout le monde va bien.


CHILPÉRIC, lui serrant la main.

Allons ! allons ! tant mieux !… Ce cher Théobule !


PLUMOIZEAU, de même.

Ce bon Chilpéric ! Comme on se retrouve !


CHILPÉRIC.

Si nous allions prendre quelque chose ?


PLUMOIZEAU.

Avec volupté, j’ai une faim de loup… (Ils vont pour sortir.)


BOUDINET.

Eh bien ! eh bien ! Dites donc ? Et ma fille, et le tabellion ?


CHILPÉRIC.

Ah ! c’est juste !…


SEMPRONIA, câlinant Boudinet.

Eh bien ! mon père ?


BOUDINET.

Comme j’ai fait publier les bans sous le nom de Plumoizeau, et que Chilpéric porte le même pseudonyme, je consens à vous unir.