Page:Frébault - Apothicaire et perruquier.djvu/38

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CHILPÉRIC.

O bonheur !


SEMPRONIA, embrassant Boudinet.

Cher bon père !


BOUDINET.

Je n’ai qu’une parole, moi !


PLUMOIZEAU.

Eh bien ! et moi ?


BOUDINET.

Ah ! c’est juste ! Agréez mes excuses, cher ami, je vous invite à la noce. Vous coifferez ma fille.


PLUMOIZEAU.

Mais je ne suis pas coiffeur.


BOUDINET.

Ça ne fait rien ! En route chez le tabellion.


PLUMOIZEAU.

J’aimerais mieux aller chez le traiteur !

QUATUOR.
––––––Vous allez } entrer en ménage
––––––Nous allons
––––––Gardez-vous } bien tous deux,
––––––Gardons-nous
––––––Après six mois de mariage,
––––––De vous } prendre aux cheveux !
––––––De nous.
FIN



PARIS. — IMPRIMERIE ÉDOUARD BLOT, RUE, SAINT-LOUIS, 46.