Page:Franck - Le communisme jugé par l'histoire, 1871.djvu/33

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LE

COMMUNISME

JUGÉ PAR L’HISTOIRE




CHAPITRE PREMIER

Du socialisme et du communisme en général.

S’il y a dans la nature humaine un sentiment de la liberté et un idéal de perfection qui la poussent constamment aux plus nobles conquêtes, auxquels sont dus tous les progrès de la civilisation et de la science, on est aussi forcé d’y reconnaître un esprit de contradiction et de révolte, de singularité et d’aventure, qui la ramène par l’anarchie à son point de départ. C’est cet esprit qui a produit, dans la sphère de la religion, tant de monstrueuses hérésies ; dans le domaine de la philosophie, tant de systèmes déraisonnables ; dans la carrière des arts, tant d’essais extravagants ou horribles. Toujours prêt à justifier les passions pour les mettre de son côté, il va les chercher où elles sont le plus ardentes ; il leur fournit des arguments appropriés