Page:Froissart - Méliador, tome 3.djvu/20

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
15
Méliador



22300
Ensi la bataille et la tence
Des .ii. chevaliers recommence,
Et moult asprement se requierent
Des espées dont il se fierent.
Moult sont leurs envaÿes belles.
22305 Or reviennent les damoiselles
A leurs dames qui les attendent,
Et qui a grans merveilles prendent
Des chevaliers qui se combatent.
Sitost que elles la s’embatent,
22310 Elles dient : « Nos dames chieres,
« Ensi com vostres messagieres
« Desins au rouge chevalier,
« Mais il respondi de legier
« Que ja dou camp ne partiroit
22315 « Jusqu’a tant que maté aroit
« Les chevaliers, ou aultrement
« On leur fesist premierement
« Partir et issir de la place
« Morphonet et dan Abÿace,
22320 « Ou ce seroit trop grans ses blasmes. »
Et quant ce entendent les dames, [1]
Si sont erranment descendues
Et s’en viennent dessus les rues,
La ou li troi chevalier sont,
22325 Et n’aresterent jusc’a dont
Qu’elles vinrent au chevalier,
Au quel elles voelent priier
Et dient : « Entendés a nous, f. 164 d
« Nous volons que pais entre vous
22330 « Soit maintenant mise et jurée,
« Et ordonnons de la journée

  1. 22321 les dames, B les les dames.