Page:Froment - Notice historique sur L'Abord-à-Plouffe, c1920.djvu/43

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 48 —

arpents du Pont Lachapelle au beau milieu de la Rivière des Prairies. Tous les terrains du voisinage sont entourés de palissades en pierre ou en cèdre et ornés d’arbres gigantesques qui donnent à tout l’endroit l’aspect d’un Parc magnifique. Le chemin qui conduit le visiteur de la route publique à l’île, est tout macadamisé. M. Paton a relié la terre ferme à l’île par un pont splendide en 1886. Sur l’île il y a un terrain des plus riches et des mieux agencés pour le Golf, une serre admirable où on peut cueillir en toutes saisons les fleurs les plus rares et les légumes les plus recherchés ; des écuries des plus modernes avec des chevaux et des équipages de première valeur : mais surtout une maison vraiment princière qui rappelle les vieux châteaux du moyen-âge. Et combien d’autres choses le visiteur ne contemple-t-il pas quand il a l’avantage d’entrer sur ces riches domaines ?

M. Paton a toujours donné de l’ouvrage à de nombreux employés et les nôtres en ont largement bénéficié. Pendant 20 ans les membres du Hunt Club furent reçus au château avec la plus grande courtoisie. Avec le consentement généreux des habitants on y faisait la chasse au gibier… Après la course dans les bois voisins tous les membres du club se reposaient au manoir. M. Paton est encore relativement jeune : 68 ans. Espérons que la Providence les conservera lui et sa noble compagne longtemps encore pour le bonheur de tous ceux qui ont eu ou qui auront l’avantage de les connaître et de vivre avec eux.