Page:Froment - Notice historique sur L'Abord-à-Plouffe, c1920.djvu/50

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 56 —

religieuse sont en honneur. Les écoles de l’Abord-à-Plouffe sont de véritables écoles modèles et font un bien immense à notre population. L’école est une maison de formation intellectuelle et morale. Aussi Messieurs les Commissaires ont toujours eu à cœur d’engager des maîtres ou maîtresses de premier ordre. Citons : MM. Duplessis, Jos Jasmin, aujourd’hui professeur à Montréal, les Delles Taillefer qui entrèrent plus tard chez les Sœurs de Ste-Croix et Madame Veuve Martin, la mère des institutrices actuelles, qui pendant 18 ans se dévoua à la grande cause de l’éducation de nos petits enfants. Madame Martin mourrait l’an dernier à l’Hôtel-Dieu au mois d’avril et fut inhumée dans sa paroisse natale.


Mais (je termine par là,) ce qu’il faut davantage admirer, ce qui saute le plus aux yeux des visiteurs ou des touristes, ce sont les belles fermes de nos cultivateurs. Autrefois, et il n’y a pas très longtemps, les terres qui ont été vendues pour l’immeuble nous font constater le fait, ces fermes n’avaient pas l’apparence d’aujourd’hui. Elles étaient toutes couvertes de cailloux et remplies de roches. Elles avaient un sol plutôt pauvre. Nos gens sont des actifs et des courageux. Ils ont travaillé à l’amélioration de leurs domaines. Ils comprenaient que l’agriculture est la source de la richesse et la plus indépendante de toutes les carrières. De nos jours la culture maraîchère, la plus lucrative et la plus intéressante, est générale.