Page:Froment - Notice historique sur L'Abord-à-Plouffe, c1920.djvu/63

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


1914, lors de ses noces d’or, la dette était totalement éteinte, les écoles étaient agrandies et améliorées, la Maison des Retraites fermées était construite et fréquentée, la Maison Mère des Sœurs du Bon Pasteur était fondée, le pensionnat des Sœurs de Ste-Croix considérablement augmenté.

Auparavant (1900) il avait permis la division de St-Elzéar (109 familles furent prises sur St-Martin). Plus tard il accordera 54 familles au nouveau curé du Pont-Viau (1915) et 150 au fondateur de Laval des Rapides. (1917) M. LeBlanc veut le bien de ses ouailles et ne cherche qu’une chose : leur faire plaisir en leur étant utile. Aussi en 1916 il se rendit à la demande des citoyens de l’Abord-à-Plouffe et leur accorda une desserte. Il voulut lui-même y dire la première messe le 3 juin de la même année.

M. Leblanc dirige encore sa paroisse et avec succès. Le 12 mars, il célébrait son 56e anniversaire d’ordination, les 13 et 14 son 80e d’âge et son 39e d’arrivée à St-Martin.

Souhaitons que le Bon Dieu nous garde encore longtemps ce prêtre si paternel, si prudent et si dévoué !

C’est le vœu que nous formulons en finissant notre tâche.