Page:Fujishima - Le Bouddhisme Japonais, doctrines et histoire des douze grandes sectes bouddhiques du Japon.djvu/57

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LE BOUDDHISME JAPONAIS

DOCTRINES ET HISTOIRE


DES

DOUZE GRANDES SECTES BOUDDHIQUES DU JAPON



CHAPITRE PREMIER
Kou-cha-shû. — Secte de l’Abhidharma-koça-çâstra
I. Histoire de la secte

Le mot Kou-cha est la transcription du mot sanscrit Koça, c’est-à-dire « trésor » mot qui se trouve dans le titre du livre principal de cette secte ou école, le livre du trésor de la métaphysique (Abhidharma-koça-çâstra). Il fut composé par Vasubandhu (Sé-shin) qui vivait dans l’Inde neuf siècles environ après Bouddha. Le Çâstra est divisé en neuf chapitres où l’auteur se réfère non seulement aux livres principaux des Sarvâstivâdins, l’une des dix-huit écoles de la doctrine Hînayâna, mais où il fait aussi un choix des différentes opinions des autres écoles. La composition de l’ouvrage est si excellente qu’il est connu dans l’Inde sous le nom de Çâstra intelligent (prâjña-çâstra (?). Quoique les noms de dix-huit écoles du Hînayâna soient mentionnés dans les livres sacrés, il n’en reste que deux de nos jours. Ces deux écoles sont