Page:Furetière - Le Roman bourgeois.djvu/23

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
ADVERTISSEMENT DU LIBRAIRE
AU LECTEUR.

Amy lecteur, quoyque tu n’acheptes et ne lises ce livre que pour ton plaisir, si neantmoins tu n’y trouvois autre chose, tu devrois avoir regret à ton temps et à ton argent. Aussi je te puis asseurer qu’il n’a pas esté fait seulement pour divertir, mais que son premier dessein a esté d’instruire. Comme il y a des médecins qui purgent avec des potions agréables, il y a aussi des livres plaisans qui donnent des advertissemens fort utiles. On sçait combien la morale dogmatique est infructueuse ; on a beau prescher les bonnes maximes, on les suit encore avec plus de peine qu’on ne les écoute. Mais quand nous voyons le vice tourné en ridicule, nous nous en corrigeons, de peur d’estre les objets de la risée publique. Ce qu’on pourroit trouver à redire au present que je te fais, c’est qu’il n’y est parlé que de bagatelles, et qu’il n’instruit que de choses peu importantes. Mais il faut considerer qu’il n’y a que trop de predicateurs qui exhortent aux grandes vertus et qui crient contre les grands vices, et il