Page:Furetière - Le Roman bourgeois.djvu/266

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


la belle precaution de laquelle il s’avisa, et dont il ne demanda advis à personne. Il fit commandement à un de ses sergens d’aller faire deffenses au curé de la paroisse de le marier en son absence. Le sergent luy remonstra qu’il se mocquoit de luy, mais cela fit croire à Belastre qu’il s’entendoit aussi avec sa partie, de sorte qu’il fit le mesme commandement à un autre, qui luy fit une pareille réponse. Enfin, se fachant de n’estre pas obey, et les menaçant d’interdiction, il alla luy-mesme dire au curé, en présence de plusieurs témoins qu’il mena exprès : Je vous fais deffence, par l’authorité que j’ay en main, de me marier que je n’y sois présent en personne ; et au retour, par maniere de congratulation, il disoit à ses domestiques : Voila comme les gens prudens donnent ordre à leurs affaires et se gardent d’estre surpris.

Tel estoit donc la mine et le genie de ce personnage, qui ne divertissoient pas mal tous ceux qui le connoissoient. On prenoit aussi un tres grand plaisir à examiner son action et ses habits, qui n’estoient pas mal assortis avec le reste. Il faisoit beau le voir dans les rues, car il marchoit avec une carre et une gravité de president gascon. Il avoit cherché le plus grand laquais de Paris pour porter la queue de sa robbe, et il la faisoit tousjours aller de niveau avec sa teste, car il s’estoit sottement imaginé que quand on la portoit bien haute, c’estoit une grande marque d’élevation. En cet estat elle découvroit une soûtane de satin gras et un bas de soye verte qui estoit une chose moult belle à voir. Dans son siege, c’estoit encore pis, car en cinq ans que dura son regne, il ne put jamais apprendre à mettre son bonnet, et la corne la plus élevée, qui doit estre sur le derriere, estoit tousjours sur le devant ou à costé. Il estoit là