Page:Gaboriau - L’Affaire Lerouge.djvu/223

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


éclatant de rire, il aiguise son sabre et la bataille est gagnée. Est-ce que M. le juge ne va pas arrêter ses recherches ?

— Non, certes ! répondit M. Daburon, négliger la moindre chose est souvent une faute irréparable. Et qui sait quelles lumières nous peut fournir cet inconnu ?