Page:Gaboriau - L’Affaire Lerouge.djvu/522

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


la cendre jetée sur les caractères fraîchement tracés pour les empêcher de s’effacer.

C’était bien le récit bref de la scène décrite par le vieux marin. Les quatre signatures y étaient.

— Que sont devenus, murmura le juge, se parlant à lui-même, les témoins qui ont signé cette déclaration ?

Lerouge crut qu’on l’interrogeait.

— Germain est mort, répondit-il, on m’a dit qu’il s’était noyé dans une partie de plaisir. Claudine vient d’être assassinée, mais l’autre nourrice vit encore. Même je sais qu’elle a parlé de la chose à son mari, car il m’en a touché un mot. C’est un nommé Brossette qui demeure au village de Commarin même.

— Et ensuite ? demanda le juge, qui avait pris le nom et l’adresse de cette femme.

— Le lendemain, monsieur, Claudine parvint à me calmer et à m’extorquer le serment de garder le silence. L’enfant fut à peine malade, mais il garda une énorme cicatrice au bras.

— Madame Gerdy a-t-elle été avertie de ce qui s’était passé ?

— Je ne le crois pas, monsieur, cependant j’aime mieux dire que je l’ignore.

— Comment, vous l’ignorez !

— Oui, je vous le jure, monsieur le juge, cela vient de ce qui est arrivé après.