Page:Gaboriau - L’Affaire Lerouge.djvu/584

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


L’avocat fit un faible signe de tête, et pendant un moment il s’agita péniblement sur son lit, promenant sa main droite alternativement sous sa redingote et sous l’oreiller.

Il réussit même à se tourner à demi du côté du mur, puis à se retourner.

Sur un signe qui fut compris, on glissa sous sa tête un oreiller.

Alors, d’une voix entrecoupée et sifflante, il prononça quelques paroles :

— Je suis l’assassin, dit-il ; écrivez, je signerai, ça fera plaisir à Albert, je lui dois bien cela.

Pendant qu’on écrivait, il attira la tête de Juliette jusqu’à sa bouche :

— Ma fortune est sous l’oreiller, murmura-t-il, je te la donne.

Un flot de sang monta à sa bouche, et on crut qu’il allait passer.

Pourtant, il eut encore la force de signer sa déclaration et de décocher une raillerie au père Tabaret.

— Eh bien ! vieux papa, dit-il, on se mêle donc de police ! C’est agréable de pincer soi-même ses amis ! Ah ! j’ai eu une belle partie, mais avec trois femmes dans son jeu on perd toujours.

Il entra en agonie, et quand le médecin arriva, il ne put que constater le décès du sieur Noël Gerdy, avocat.