Page:Gaboriau - Les Gens de bureau, Dentu, 1877.djvu/128

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


degrés au-dessous de zéro, elle s’arrêta sur six heures du matin.

Lorsque Romain s’éveilla, il faisait grand jour ; mais comme l’aiguille restait sur six heures, sa fainéantise en profita pour faire un nouveau somme.

Ce jour-là, il arriva à midi et demi au ministère.

— Nous vous avions cru malade, lui dit Basquin.

— Je me porte comme le Pont-Neuf, répondit-il ; et il raconta son accident.

— Vous savez que vous avez encouru dix francs d’amende, dit M. Rafflard.

— Comment cela ?

— Vous n’avez pas signé la feuille, reprit Basquin ; mais, rassurez-vous, notre chef, qui est homme du monde, vous aura certainement mis une excuse.

Caldas ouvrit de grands yeux, et Basquin lui analysa les petits moyens mis en usage pour se soustraire à la tyrannie de la feuille de présence, la contre-partie des précautions administratives.

— Car, dit Basquin, elle est rusée, l’administration, mais les employés sont bien plus rusés encore. Il y a donc deux moyens d’éviter l’amende : il y a le faux en