Page:Gaboriau - Les Gens de bureau, Dentu, 1877.djvu/223

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



XXXV


— Comment sortir de cette galère ? se demandait Caldas.

Et de fait il n’avait plus un instant à lui. Pour achever sa pièce et refaire le troisième acte, perdu dans le déménagement, Romain fut réduit à travailler le soir chez lui, sur les genoux de Mlle Célestine, ce qui était bien dur.

Autre malheur. Il avait plu à M. Izarn.

Caldas, qui n’avait pas acquis dans la petite presse la réputation d’un Bénédictin, se trouvait, sans faire le moindre effort, à la hauteur des travailleurs austères du