Page:Gaboriau - Les Gens de bureau, Dentu, 1877.djvu/284

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



XLIV


Le premier jour de son entrée au bureau des Mauvais sujets, Caldas trouva que ses collègues étaient vraiment trop gais. Le soir, pressé de sortir, il voulut prendre son chapeau, mais les bords lui restèrent à la main : on avait mis au fond un poids de dix kilos.

Caldas goûta peu la charge, mais il ne dit rien.

Le lendemain, comme il entrait, un carton préparé à l’avance et rempli de poussière lui tomba sur la tête et faillit l’éborgner.

Il trouva la plaisanterie mauvaise, s’épousseta, s’essuya, mais ne dit rien.