Page:Gaboriau - Les Gens de bureau, Dentu, 1877.djvu/287

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


lontiers pour arbitre lorsqu’on n’était pas d’accord, et on n’était jamais d’accord.

La divergence des opinions de ces messieurs s’explique.

Deux se cotisent pour s’abonner au Temps ; il y en a un qui ne lit que la Gazette de France ; le plus riche, reçoit le Journal des Débats ; un autre achète le Siècle ; celui-ci adhère au Constitutionnel, cet autre à l’Ami de la Religion. Un dernier n’a d’opinion qu’une fois par semaine, et cela tient à ce que l’Électeur libre est un journal hebdomadaire.

Tous se feraient hacher menu comme chair à pâté pour soutenir le dire de leurs feuilles. Parole imprimée est pour eux parole d’Évangile, et tout rédacteur est un prophète.

Il y a trois employés que la politique touche médiocrement : un qui n’y comprend absolument rien, c’est le plus intelligent de tous, et deux qui ont bien d’autres chats à fouetter.

Caldas avait remarqué chez l’employé qui ne comprend rien à la politique des allures mystérieuses, il le voyait tirer de temps à autre un petit cahier de son tiroir et y inscrire quelques notes à la dérobée. Son cahier ne le quittait pas. Chaque fois qu’il avait occa-