Page:Gaboriau - Les Gens de bureau, Dentu, 1877.djvu/78

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


billard ; seulement permettez-moi de vous conduire à notre café habituel.

Et il le mena au

CAFÉ DE L’ÉQUILIBRE

Cet établissement n’est pas le plus luxueux des trois ou quatre de ce genre qui débitent de la chicorée aux environs du ministère.

Si les employés lui ont donné leur clientèle, c’est que le patron a eu l’esprit de mettre aux vitres de sa devanture des rideaux fort épais. Un chef de division peut passer dans la rue, il n’apercevra pas ses subordonnés faisant l’école buissonnière autour d’un billard ou devant un tapis vert.

On a quitté en masse pour cet établissement si discret le café d’en face.

Un loustic de l’administration avait répandu le bruit que le limonadier était un mouchard, en relations intimes avec le ministre, et qu’il faisait coller ceux dont les notes étaient en retard.

Cette excellente plaisanterie a causé le suicide d’un père de famille, trois faillites, et jeté onze enfants à l’hôpital.