Page:Gaches-Sarraute - Le Corset, étude physiologique, 1900.djvu/45

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
29
APPLICATION.

ment de bascule qui a pour effet d’éloigner le corset du corps vers le haut et par suite de permettre le soutien du ventre d’une manière tout à fait parfaite.

Fig. 10. — La même, nue.

Il en serait autrement dans le cas d’un corset s’appliquant non plus au-dessous, mais au-dessus du ventre, comme le corset thoracique et même le corset qu’on fait de nos jours. On comprend sans peine que des jarretelles attachées au bord inférieur d’un appareil de ce genre augmenteront notablement la pression déjà produite sur la masse intestinale. (Les figures 1 et 7 mettent bien ce contraste en relief.) D’où il est permis de conclure qu’un corset thoracique sera d’un usage moins dangereux, s’il est dépourvu de jarretelles, que s’il est tiraillé vers le bas par des liens tendus.

2° Le corset étant ainsi installé, les jarretelles attachées, la masse abdominale bien relevée au-dessus du pubis, et le bord inférieur de l’appareil maintenu en contact intime avec le rebord osseux du bassin, on serre le lacet en commençant par le bas pour bien emboîter la partie inférieure du ventre, puis on termine le serrage en remontant vers le haut. La pression s’exerce ainsi obliquement, de bas en haut, d’avant en arrière ; et, à