Page:Gaches-Sarraute - Le Corset, étude physiologique, 1900.djvu/49

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


III

EFFETS GÉNÉRAUX ET RÉSULTATS


Les effets produits par ce système de contention sont de deux ordres ; ils peuvent être envisagés au point de vue physique et au point de vue physiologique.

Au point de vue physique, le fait d’appuyer le corset sur le bassin, au lieu de l’appuyer sur le thorax, et de supporter le ventre au lieu de le refouler vers le bas, modifie notablement la silhouette de la femme : le dos se cambre, les épaules sont portées en arrière, le thorax se relève et bombe, et la dépression épigastrique, c’est-à-dire la cambrure de la taille en avant, est remplacée par une ligne à peu près droite, plus souvent par une saillie plus ou moins volumineuse.

Si nous comparons les anciens dispositifs avec ceux que je préconise, il nous sera facile d’apprécier la valeur de chacun de ces procédés.

Les anciens corsets prenant leur point d’appui sur le thorax, partie supérieure du tronc, immobilisaient non seulement la cage thoracique, mais toutes les parties sous-jacentes.

En effet, l’action de la colonne vertébrale, la localisation ainsi que l’amplitude de ses mouvements démontrent que les parties de cette tige sont d’autant plus mobiles qu’elles