Page:Gaffiot - Dictionnaire illustré Latin-Français.djvu/199

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

Augustânus, a, um, d’Auguste : Dig. 50, 15, 11| -tâni, habitants des villes dénommées Augusta : Plin. 3, 23; 4, 119, etc.

augustâtus, a, um, part, de augusto.

auguste, selon le rite, religieusement : Cic. 2, 62; augustius Cic. Br. 83.

Augustensis, e, d’Auguste : COD. ïheod. 10, 2, 21.

Augustëum, i, n., temple d’Auguste : CIL 11, 1420 ¶ sorte de marbre : Plin. 36, 55.

Augustëus, a, um, d’Auguste : marmor augustcum Plin. 36, 55, sorte de marbre.

Augustïânus, a, um, d’Auguste : GnoM. 235, 111| -ïâni, ôrwn, m., corps de chevaliers formant la claque de Néron acteur : Tac. An. 14, 15; Suet. JVer. 20; 25.

1 Augustïnus, i, m., saint Augustin : Eccl.

2 Augustïnus, a, um, d’Auguste : Suet. Cl. 11, 2.

augusto, are, tr. (augustus), rendre auguste : Arn. 6, 16.

Augustobona, as, f., ville de la Gaule Celtique (Troyes) : Anton. 381.

Augustobrieenses, ium, m., habitants d’Augustobriga en Lu-sitanie : Plin. 4, 118.

Augustobrîga, œ, f., ville des Arvaques : Anton. 442.

Augustôdûnum, i, n., ville de la Gaule lyonnaise [Autun] : Mel. 3, 2. 4; Tac. An. 3, 43 ¶ -nenses, habitants d’Augustôdûnum : Hier. Vir. 82.

Augustômâgus, », f., ville de Belgique : ANTON. 380.

Augustôn&mëtum, i, n., ville des Arvemes [Clermont-Ferrand] : N.-Tm. 87, 7.

Augustôrïtum et -ëtum, i, n., ville d’Aquitaine [Limoges] : Anton. 462; N.-Tir. 87, 16.

i augustus, a, um, saint, consacré : auguslissimum tem-plum Cic. Verr. 5, 186, temple très saint II majestueux, vénérable, auguste : Cic. 1, 119 ; Tusc. 5, 37 ; species viri augustio-ris Liv. 8, 6, 9, la forme d’un homme plus majestueux.

2 Augustus, i, m., H 1 surnom

d’Octave : Hor. O. 2, 9, 19; Ep. 1, 3, 2, etc. 1t 2 titre des empereurs : Ov. M. 15. 860; Vbll. 2, 91, L; Sbn. Clem. 1, 14,2.

3 Augustus, a, um, d’Auguste : Ov. M. 15, 869; P. 1, 2, 117; Plin. 15,129 ¶ mois d’août : Suet. Aue. 31; Macr. S. 1, 12, 35; Juv. 3, 9; Plin. 2, 123.

Augylae, f., c. Augilm.

1 aula, ee, f. (grec aïl-fo, 1T 1 cour d’une maison : Hor. Ep. 1, 2, 661| cour d’une bergerie : Prop. 3,13, 39 M 2 = atrium : HOR. Ep. 1, 1, 87; Virg. En. 3, 354 11 3 cour, palais : Virg. G. 2, 504, etc.; lion. O. 2, 10, 8, etc. ¶ cour d’un prince, puissance d’un prince : excubiie, arma, cetera aulse Tac. An. 1, 7, gardes, armes, tout ce que comportait une cour; omni auctoritate aulse communila Cic. Fam. 15, 4, 6, toute l’autorité de la cour étant fortifiée.

7% > gén. arch. aulai Virg. En. 3, 354.

2 aula, se, f. (a-SXdç), employé par jeu do mots au sens de flûte et joueuse de flûte : Quint. 7,9, 4.

3 aula, a3, f., marmite (arch. p. alla) : PL. Aul. 390, etc.

aulœa, te, f., c. aulsum: Aug. Civ. 18, 29; Ep. 105, 15.

aulseum, ï, n. (ai/.afa), 111 rideau, [et en part.] rideau do théâtre : lolliluT Cic. Csel. 65, on lève le rideau [à la fin de la pièce; le contraire chez nous] ; premitur Hor. Ep. 2, 1, 189, on baisse le rideau [pendant le spectacle] ; miuitur PHjED. 5, 7, 23, le rideau tombe [la représentation commence] H [plus tard l’usage changea et les choses se passèrent comme chez nous| : post depositum auliBum Amm. 28, 6, 29, après la chute du rideau = le spectacle ayant pris fin, cf. 16; 6, 3 ; Apul. M. 10, 29 1Ï 2 tapis, tenture : Virg. En. 1, 697; Hor. O. 3, 29, 151| plais! en pari, d’une toge trop ample : Juv. 10, 39.

aulârius, u, m. (aula), courtisan : Gloss. 5, 589, 18.

aulax, âcis, f. (aî>.a|), sillon : Aus. Ep. 10, 10; Veg. Mul. 2, 28, 38.

Aillera, ôrum, m., Aulerques, [peuple de la Gaule Lyonnaise] : CjES. G. 7, 75; Liv. 5, 34, 5.

Aulêtês, se, m., Aulète [surnom d’un Ptolémée, roi d’Egypte] : Cic. Rab. Post. 28.

aulêtïca, as, f., camomille [plante]: Apul. Herb. 23.

aulëâcôs, on (aW.rjTixôc), dont on fait des flûtes : Plin. 16, 169.

aulïcoctus, a,um(aula, coquo), qui cuit dans une marmite : P.-Fest. 23, 13.

aulïcus, a, um (aula), 1T1 delà cour, du palais, du prince : Suet. Dom. 4 II -lïci, ôrum, m., esclaves de la cour : Nep. Bat. 5, 2; Suet. Calig. 9 11 2 (a-iXoç) = au-leticos : Capel. 9, 905.

Aulida, 33, c. Aulis : Dict. 1,17.

aulïo, Unis (aO/jâc), m., joueur de flûte : Gloss. 2, 26, 36.

Auliôn, n, n., grotte sur les bords du Pont-Euxin : Amm. 22, 8, 23.

Aulis, ïdis, f., petit port de Béotie : Cic. Tusc. 1, 116 ; Virg. En. 4, 426 II ace. Aulida Ov. M. 13,182, et Aulim Luc. 5, 236.

auliscus, i, m. (a-iXfo-xoç), canule :C.-Aur. Août. 3, 4, 29.

aulis, c. aulax.

Aulôorënë, es, f., mont de Phrygie : Plin. â, 106.

aulœdus, i, m. (aiXwSô;), joueur de flûte : Cic. Mur. 29; Quint. 8, 3, 79.

1 aulôn, ônis, m., lit de torrent : Gloss.

2 Aulôn, ônis, m., 1T1 montagne des environs de Tarente : Hor. O. 2, 6, 18; Hart. 13, 125 If 2 ville d’Elide : Plin. 4,14 113 Aulon Cilicius Plin. 5, 130, bras de mer entre la Cilicie et l’île de Chypre

aulûla, as, f., dim. de aula, petite marmite : Varr. R. 1, 54, 2; Apul. M. 5, 20.

Aulùlâria, as, f., PAululaire [comédie de Plaute.J

1 Aulus, i, m., prénom romain, écrit en abrégé A.

2 aulus, i, m. (aOXiiç), sorte de peigne [coquillage] : Plin. 32, 103; 151.

aumâtium, U, n., latrines publiques : Petr. d. Fulg. Serm. 61,

auncûlus, v. avunculus m—>--

Auniôs, U, f., île voisine de la Gallécie : Plin. 4, 111.

aura, se, f. (grec atipa), 1T1 souffle léger, brise : Plin. Ep. 5,6, â 1T 2 [en gén.] souffle, vent : naves usée nocturna aura Cms. C. 3, 8, 2, les navires utilisant les souffles do la nuit; aurœ vêla vocant Virg. En. 3, 356, les vents appellent les voiles ; nulla ne minima quidem aura fluctus commovenle Cic. Tusc. 5, 16, pas même le plus léger souffle ne remuant les flots ¶ [_fig.] exhalaison : itti dulcis spiravit crinibus aura Virg. G. 4, 417, un suave parfum s’exhala de sa chevelure; si tantum notas odor adtalit auras Virg. G. 3, 251, si l’odeur leur a seulement apporté les émanations connues ¶ rayon, nement : auri Virg. En. 6, 204, rayonnement de l’or U 3 l’air, les airs : captare naribus auras Virg. G. 1, 376, humer l’air de ses naseaux; superaine et vescitur aura? Virg. En. 3, 339, subsiste-t-il et respire-t-il encore ? verberat icli-bus auras Virg. En. 5, 377, il frappe l’air de coups redoublés II les airs, les hauteurs de l’air, le ciel : (fama) sese attollit in auras Virg. En. 4, 176, (la renommée) s’élève dans les airs H 4[fig.] souffle : dies intermissus aul nox inler-posita totam opinionem parva commutât aura rumoris Cic. Mur. 35, l’espace d’un jour ou l’intervalle d!une nuit retournent entièrement l’opinion sous un léger coup de vent de la rumeur publique; neque periculi tempestas neque honoris aura potuit de suo cursu eum demovere Cic. Sest. 101, ni les tourbillons menaçants du danger ni les souffles caressants de la faveur ne purent le détourner de sa