Page:Gaffiot - Dictionnaire illustré Latin-Français.djvu/222

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Apronio in summo beneficio impe-tratum est Cic. Vert. 3, 115, on l’obtint à peine d’Apronius comme une insigne faveur II meo beneficio Cic. Cat. 2, 18, grâce à moi ; beneficio populi Romani Cic. Vert. 5, 163, par la faveur du peuple romain ; anuli beneficio Cic. Off. 3, 38, à la faveur de l’anneau (grâce à l’anneau); sor-tmm C/ES. G. 1, 53, 7, grâce aux sorts H 2 [officiel’] faveur, distinction : beneficium populi Romani Cic. Mur. 2, la faveur du peuple romain [= le consulat] ; summis populi beneficiis usus Cic. Par. 38, ayant obtenu les plus bautcs faveurs du peuple ; conservale populi Romani beneficium, reddile rei publicee consulem Cic. Mur. 90, ne détruisez pas l’effet de la faveur du peuple romain, rendez à la république, son consul ; cooplatio collegiorum ad populi beneficium transferebalur Cic. Lœ. 96, au droit des collèges sacerdotaux de se compléter par cooptation se substituait la nomination par la faveur du peuple ; bénéficia petere Cic. Off. 2, 67, solliciter les faveurs (les places) ; commealus a senalu peti solilos beneficii sui fecit Suet. Claud. 23, a fit dépendre de sa faveur l’octroi des congés, qu’on demandait d’habitude au sénat ¶ faveurs, gratifications, avancement : in beneficiis ad cera-rium delalus est Cic. Arch. 11, au titre des gratifications, son nom fut envoyé au trésor, cf. Fam. 5, 20, 6 ; huic ego neque tribuna-tum neque prsefecturam neque ullius beneficii certum nomen pelo Cic. Fam. 7, 5, 3, ce que je te demande pour lui, ce n’est ni un grade de tribun militaire ni un commandement ni aucune faveur spécifiée II [jurisc], faveuri privilège : Die.

a—>■ la forme benificium se trouve dans des inscriptions et cbez certains auteurs, par ex. Sall. G. 9, 5; 31, 7; 54, 2.

bënëfïco, are, c. benefacio : Chabis. 293, 33.

bënëfïcus, a, «m (bene, facto), bienfaisant, obligeant, disposé à rendre service : Cic. Mur. 70; Mil. 20, etc.; beneficentior Sen. Ben. 1, 4, 5 ; 5, 9, 2; beneficentis-simus Cic. 2, 64; Lœ. 51; in aliquem Cic. Off. 1, 42 ; adver-sus aliquem Sen. Ben. 1, 4, 5, obligeant à l’égard de qqn H volun-tate benefica benevolentia movetur Cic. Off. 2, 32, la seule volonté de rendre service entraine le dévouement.

M > superl. beneficissimus Cat. Orat. frag. 10, 4 II forme benificus Vbl. Gram. 7, 76, 12.

bënëfîo, v. benefacio.

Benehamum, », n., ville de l’Aquitaine : Anton.

bënëmërëor, v. mercor.

Bënënâtus, i, m., nom d’homme [Bion né] : S. Greg. Ep. 4, 27.

bënëôdôras, a, um, qui sent bon : CIL 6, 13528.

bënëôlentia, as, f., bonne odeur : Hier. Didym. 11.

bënëplâceo, uï, ïlum, ère, int., plaire : Vulg.

bënëplàcïtum, i, n., bon plaisir: Hier. Ep. 106, 55,-Ephes. 1, 5.

bënësuàdus, a, um, qui donne de bons conseils : Apul. Apot. 18.

Bënëventum, i, n., Bénévent [ancienne ville du Samnium] : Cic. Verr. 1, 38; Plin. 3, 105; 32, 59; -tânus, a, um, de Bénévent : Cic. Verr. 1, 38.

bënëvôlë f6enei;otaJ, avec bienveillance : Cic. Fin. 1, 34; Fam. 13, 21, 21| -entius, -entissime :

DECAD.

bënëvôlens ou bënïvôlens, tis, qui veut du bien, favorable, alicui, à qqn : Cic Fam. 3, 3, 1 ; 3, 12, 4 ¶ -entior, -entissimus Cic. ¶ [subst. m., f.] meus benevolens PL. Trin. 1148, mon anri dévoué ; suam benevolentem convenire PL. Cist. 586, s’entretenir avec une de ses amies.

bënëvôlentër, avec bienveillance, affectueusement : -tius, -tis-sime Aug. Civ. 8, 3 ; 18, 45.

benevolentia (bënïv-), œ, f., bienveillance, disposition à vouloir du bien (à obliger), dévouement : eorum benevolenliam erga se diligentiamque coUaudat Cic Verr. 5, 160, il loue leur dévouement et leur empressement à son égard ; benevolentia civium Cic. Lœ. 61, les dispositions favorables des citoyens ; benevolentiam adjun-gere Cic. Mur. 41, se concilier les bonnes grâces ; benevolentiam ad odium, odium ad benevolentiam deducere Cic. de Or. 2, 72, changer la bienveillance en haine, la haine en bienveillance ; vita, quse non in amici mutua benevolentia conquies-cit Cic. Lie. 22, la vie, qui loin de se reposer sur le dévouement mu tuel de l’amitié...

a > la forme benivolentia est assez fréquente dans les meilleurs mss.

bënëvôlentïês, ëi, f., c, benevolentia: Charis. 118, 20.

bënëvôlus (bënïv-), a, um (bene, volo), bienveillant, dévoué : Cic. de Or. 2, 82; Phil. 11, 34, etc. ; sane benevolo animo me prœ-monebat Cic. Verr. pr. 23, avec les meilleures intentions il m’avertissait à l’avance.

Bfr > le comp. et le superl. sont pris à benevolens.

Béni, arum, m., peuple de Thrace : Plin. 4, 40.

bënïf-, bënïv-, v. bene-.

bënignë, benignius, benignis-sime. (benignus), H 1 avec bonté, bienveillance : comiter, bénigne et non gravate Cic. Balb. 36, avec obligeance, c’est-à-dire avec bonté, et bien volontiers 1T 2 avec bienfaisance, obligeamment : bénigne facere alicui Cic. Dej. 36, etc., faire du bien à qqn, bien traiter qqn; aut opéra bénigne fit indigentibus aut pecunia Cic. Off. 2, 52, on oblige ceux qui sont dans le besoin soit par de bons offices soit pécuniairement *\ 3 [formule de remerciement] : bénigne Hor. Ep. 1, 7, 16, tu es bien aimable,

grand merci, cf. 1, 7, 611T 4 largement, généreusement : circa viam expositis bénigne commealibus Liv, 26, 9, 5, des vivres offerts généreusement le long de la route, cf.

9, 6l 5; 28, 37, 4, etc. henignïtas, àtis, f. (benignus).

1T 1 bonté, bienveillance : summo cum benignilate aliquem audire Cic Sest. 31, écouter qqn avec une extrême bienveillance ; si... in eum benignitatis plurimum con-feretur Cic. Off. 1, 50, si on lui accorde le plus de bienveillance D 2 obligeance, bienfaisance, générosité : largitio, quse fit ex re fa-miliari, fontem ipsum benignitatis exhaurit Cic Off. 2, 52, les largesses, qui se puisent dans le patrimoine, tarissent la source même de la bienfaisance; beneficentia, quam eandem vel benignilatem vel liberalilatem appellari licet Cic Off. 1, 20, la bienfaisance que l’on peut appeler aussi ou obligeance ou générosité ; in aliquem Cic Clu. 196, générosité à l’égard de qqn H 3 [fig.] générosité : terrée Col. 4, 24, 12, du sol ; nalurse Plin. 1, 29, 30, de la nature.

bënignïtër, c. bénigne, avec bonté ; Titin. d. Non. 610, 13.

bënignor, Sri (benignus), int., se réjouir : Vulg. 3 Esdr. 4, 29.

benignus, a, um (bene et rac. gen, gignere), benignior, benignis-simus, H 1 bon, bienveillant, amical : cornes benigni, faciles, suaves homines esse dicuntvr Cic. Balb. 36, on appelle cornes (obligeants), les hommes bienveillants, complaisants, agréables ; homines 6e-nigno vultu ac sermone Liv. 28, 26, 6, des hommes ayant un air et des propos bienveillants II ali-eux PL. Pers. 583, etc.; Hou. 0. 3, 29, 52; erga aliquem PL. Mil. 1230} adversus aliquem Sen. Ep. 120, 10, bienveillant à l’égard de qqn II 2 bienfaisant, libéral, généreux : qui benigniores esse volunt quam res patitur Cic. Off. 1, 44, ceux qui veulent être plus généreux que leurs moyens ne Je permettent; [avec gên.] Hor. S. 2, 3, 3, prodigue de 11 3 qui donne (produit) généreusement, abondant : ingeni benigna vena Hor. O. 2,18,

10, une veine généreuse de talent; benigna materia gratias agendi Liv. 42, 38, 6, abondante matière de remerciements.

bënïv- v. benev-.

Benjamin, m., ind., le plus jeune fils du patriarche Jacob : Aug. Civ. 17, 21.

Benjâmîtœ, ârum, m., Benja-mites, Juifs de la tribu de Benjamin : S. Sev. Chron. 1, 29, 5.

benna, œ, f., espèce de voiture : P. Fest. 32,14.