Page:Gaffiot - Dictionnaire illustré Latin-Français.djvu/477

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


188; deæ triplices Ov. M. 2, 654, les Parques ; dea siderea Prop. 3, 20, 18, la nuit.

2 Dĕa ou Dīa Vocontĭorum, Die [ville de la Viennaise], v. Diensis 1 : Anton.

dĕăcĭnātus, a, um (de, acinus), d’où l’on a retiré le raisin : Cat. Agr. 26.

dĕactĭo, ōnis, f. (de, ago), achèvement : P. Fest. 74, 11.

dĕalbātĭo, ōnis, f. (dealbo), action de blanchir, [fig.] purification : Aug. Faust 23, 53 ǁ blancheur : Aug. Civ. 3, 14.

dĕalbātŏr, ōris, m. (dealbo), celui qui crépit, qui blanchit : Cod. Justin. 10, 64.

dĕalbātus, a, um, p. de dealbo ǁ [fig.] blanchi, pur : dealbatior Aug. Conf. 7, 6.

dĕalbo, āvī, ātum, āre (de, albus), tr., blanchir, crépir : Cic. Verr. 1, 145 ; Vitr. 7, 4 ǁ [fig.] blanchir, rendre pur : Vulg. Apoc. 7, 14.

dĕālĭtās, ātis, f. (deus), divinité : Arn.-J. Trin. 2, 23.

dĕămātus, a, um, part. de deamo, [cadeau] qui est bien venu : Pl. Truc. 703.

dĕambŭlācrum, i, n. (deambulo), promenade, lieu de promenade : Pan. 11, 9, 4.

dĕambŭlātĭo, ōnis, f. (deambulo), action de se promener, promenade : Ter. Haut. 806 ǁ lieu de promenade, promenade : Vulg. Ezech. 42, 4.

dĕambŭlātōrĭum, ĭi, n. (deambulo), galerie : Capitol. Gord. 33, 6.

dĕambŭlo, āvi, ātum, āre, int., se promener : Cat. Agr. 127 ; 156, 4 ; Ter. Haut. 587 ; Cic. de Or. 2, 256 ; Suet. Aug. 96.

dĕămo, āvi, ātum, āre, tr., aimer fortement : Pl. Epid. 219 ; Ter. Haut. 825; cf. Non. 97, 21.

Dĕāna, c. Diana : CIL 14, 2212.

dĕargentassĕre, v. deargento >>>.

dĕargento, āvi, ātum, āre, tr., ¶ 1 argenter, garnir d’argent : deargentata arma Oros. 3, 22, armes ornées d’argent ¶ 2 dépouiller de son argent : Lucil. 682.

>>> inf. fut. arch. deargentassere Lucil. 682.

dĕargūmentor, āri, int., argumenter : Mamert. An. 2, 7.

dĕarmo, āvi, ātum, āre tr., désarmer : Liv. 4, 10, 71 ǁ dérober, soustraire : Apul. M. 5, 30.

dĕartŭo, āvi, ātum, āre (de, artus), tr., démembrer, disloquer [fig.] : deartuare opes Pl. Capt. 672, dépecer, disloquer une fortune, cf. Non. 95, 17.

dĕascĭo, āvi, ātum, āre, tr., raboter, racler avec la doloire : Prud. Per. 10, 381 ǁ [fig.] escroquer : Pl. Mil. 884.

dĕasclātĭo, ōnis, f. (de, ascella), action de déboîter l’aisselle : Ps.-Soran. Med. 219.

dĕaurātĭo, ōnis, f. (deauro), dorure : S. Greg. Reg. 1, 3, 4.

dĕaurātŏr, ōris, m. (deauro), doreur : Cod. Just. 10, 64, 1.

dĕaurātus, a, um, part. p. de deauro.

dĕauro, āvi, ātum, āre, tr., dorer : Cod. Th. 10, 22, 1 ; Tert. Idol. 8 ; Aug. Serm. 24, 6.

dēbacchātĭo, ōnis, f. (debacchor), délire, frénésie, transport : Salv. Gub. 7, 4.

dēbaccho, āvi, āre, c. debacchor : Fort. præf. 5 ; Greg. T. Mart. 2, 20.

dēbacchor, ātus sum, āri, int., se livrer à des transports furieux, s’emporter : TER. Ad. 184 ǁ [fig.] qua parte debacchentur ignes Hor. O. 3, 3, 55, [voir] dans quelle région les feux du soleil font rage.

dēbattŭo, ĕre, c. batuo : Petr. 69, 3.

dēbellātĭo, ōnis, f. (debello), victoire [sur un vice] : Aug. Jul. 3, 21, 44.

dēbellātŏr, ōris, m. (debello), vainqueur : Virg. En. 7, 651 ; Stat. Th. 9, 545.

dēbellātōrĭus, a, um, propre à dompter : Gloss.

dēbellātrix, īcis, f. (debellator), celle qui dompte, qui soumet : Tert. Apol. 25 ; Lact. 1, 9.

dēbellātus, a, um, part. de debello.

dēbello, āvi, ātum, āre, int. et tr., ¶ 1 int., terminer la guerre par un combat : prima acie debellatum est Liv. 7, 28, 3, la première bataille termina la guerre ǁ abl. n. du part. : debellato Liv. 26, 21, 4, etc., la guerre étant terminée ¶ 2 tr., réduire, soumettre par les armes : debellare superbos Virg. En. 6, 853, réduire les peuples orgueilleux ǁ [au fig.] si nos fabulæ debellare potuissent Curt. 9, 2, 15, si des fables avaient pu triompher de nous; debellare fungos Plin. 22, 99, neutraliser les propriétés malfaisantes des champignons ǁ rixa debellata Hor. O. 1, 18, 8, rixe tranchée par une bataille.

dēbens, tis, part. de debeo ǁ subst. m., debentes, ium, débiteurs : Liv. 6, 27, 3 ; Sen. Ben. 1, 4, 5.

dēbĕo, bŭī, bĭtum, ēre (de et habeo), tr., tenir qqch de qqn, [donc] lui en être redevable ¶ 1 devoir, être débiteur : pecuniam alicui Cic. Fam. 13, 14, 1, etc., devoir de l’argent à qqn ǁ [abst] qui se debere fatentur Cæs. C. 3, 20, 3, ceux qui se reconnaissent débiteurs ; ii qui debent Cic. Att. 16. 2, 2, les débiteurs ǁ debere alicui Sall. J. 96, 2, être débiteur de qqn ǁ pass. : debitam biennii pecuniam exigere Cæs. C 3, 31, 2, faire rentrer l’argent dû de deux années ǁ [fig.] o fortunata mors, quæ naturæ debita pro patria est potissimum reddita ! Cic. Phil. 14, 31, heureuse mort! c’était une dette envers la nature, mais elle a été acquittée de préférence à la patrie ; [pass. imp.] : si omnino non debetur Cic. Q. 1, 2, 10, si on ne doit pas du tout, s’il n’y a pas du tout dette ǁ [prov.]: animam debere Ter. Phorm. 661, être criblé de dettes ¶ 2 [fig.] devoir, être obligé à : gratiam alicui debere Cic. Phil. 2, 27, devoir de la reconnaissance à qqn ; gratia alicui debetur Cic. Fin. 3, 73, on doit de la reconnaissance à qqn ; fides quæ omnibus debetur Cic. Q. 1, 1, 28, la protection qui est due à tous ; debita officia Cic. Fin. 1, 33, les devoirs pressants de la vie sociale ǁ [avec inf.] : numne ferre contra patriam arma debuerunt ? Cic. Læ. 36, étaient-ils tenus de porter les armes contre leur patrie? ita se de populo Romano meritos esse ut... agri vastari, oppida expugnari non debuerint Cæs. G. 1, 11, 3, leurs services envers le peuple romain étaient tels que leurs champs n’auraient pas dû être dévastés, leurs places prises d’assaut... ; dicere... debentia dici Hor. P. 43, dire les choses qui doivent être dites ǁ [poét.] = necesse est... Lucr. 2, 1146 ; 3, 188, etc. ǁ [poét.] devoir = être destiné [par le destin, par la nature, etc.] à : urbem cerno Phrygios debere nepotes Ov. M. 15, 44, je vois que les descendants des Troyens sont appelés à fonder une ville ; cui regnum Italiæ Romanaque tellus debentur Virg. En. 4, 276, à qui sont dus (réservés) le royaume d’Italie et la terre romaine (7, 120 ; 6, 714 ; 11,166 ; 12, 795, etc.) ; fatis debitus Virg. En. 11, 759, dû aux destins = destiné à mourir ǁ [qqf aussi, obligation logique] devoir = être contraint par la logique de : quoniam... existimare debetis... Cic. Cat. 3, 16, puisque... vous devez logiquement penser que (Fam. 6, 12, 5; 16, 16, 2 ; Att. 11, 15, 2) ¶ 3 [fig.] devoir, être, redevable de : beneficium alicui Cic. de Or. 1, 121, être redevable à qqn d’un service ; plus alicui quam... Cic. Fam. 2, 6, 5, être plus redevable, avoir plus d’obligations à qqn qu’à... ; vitam alicui Ov. P. 4, 5, 31 ; salutem Ov. M. 7, 164, devoir la vie, son salut à qqn ǁ [abst] : alicui debere Cic. Pl. 68, avoir des obligations à qqn.

>>>[arch.] dehibuisti Pl. Trin. 426 ǁ debtur = debetur CIL 11, 1950.

dēbĭbo, ĕre, tr., boire à : flumen Solin. 7, 27, à un fleuve.

dēbĭl, is, c. debilis [arch.] : Enn. An. 324.

dēbĭlis, e (de, habilis), faible, impotent, infirme, débile : Cic. Rab. perd. 21; Sest. 24 ; Phil 8, 31 ; [abst] debiles Curt. 4, 16, 11, les invalides ǁ debile crus Suet. Vesp. 7, jambe paralysée ; debilis umbra Ov. Tr. 3, 4, 20, fantôme sans force ; debile carpit iter Stat Th. 12, 144, il s’en va d’un pas chancelant ǁ [fig.] faible, impuissant : Cic. Br. 219 ; Cat. 3, 3 ; Tusc. 2, 13 ; Mil. 25 ; Mur. 51 ǁ debilior Tac. H. 4, 62 ; -issimus N. Tir.

dēbĭlĭtās, ātis, f. (debilis), faiblesse, débilité, infirmité : Cic.