Page:Gaffiot - Dictionnaire illustré Latin-Français.djvu/9

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
DICTIONNAIRE ILLUSTRÉ
LATIN-FRANÇAIS



A

1 a, f., n., indécl., [première lettre de l’alphabet] : Cic. Div. 1, 23 ‖ abréviations diverses : A. = Aulus [prénom] ‖ = antiquo, je rejette [la proposition sur les bulletins de vote dans les comices] ‖ = absolvo, j’absous [sur les bulletins des juges] ; d’où l’appellation] littera salutaris Cic. Mil. 15A. U. C. = anno urbis conditæ ; a. u. c. = ab urbe condita ; a. d. VIII Kal. Nov. = ante diem octavum Kalendas Novembres ‖ [dans les inscr.] A. = Augustus ; A.A. = Augusti duo ; A.A.A. = Augusti tres ; III viri A.A.A.F.F. = triumviri auro, argento, æri flando, feriundo

2 ā ou āh, interj., v. ah.

3 ā, ăb, abs, prép. avec abl. ἀπό).

I [point de départ] ¶ 1 [avec des v. de mouvement, tr. ou int., simples ou composés] de : a) a signo Vortumni in Circum Maximum venire Cic. Verr. 1, 154, venir de la statue de Vertumne au Cirque Maxime, v. proficiscor, discedo, arcesso, etc ; b) [avec noms de pers.] de chez, d’auprès : a Cæsare redire Cic. Q. 2 , 4, 6, revenir de chez César ; c) [sans verbe] non ille Serranus ab aratro Cic. Sest. 72, non pas le fameux Serranus venu de sa charrue ; quid tu, inquit, huc ? a villa enim, credo Cic. Fin. 3, 8, eh ! dit-il, pourquoi toi ici ? c’est de ta maison de campagne que tu viens, sans doute ; d) [en parl de lettres] de la part de : litteræ adlatæ ab L. Porcio prætore Liv. 26, 39, 1, une lettre apportée de la part du préteur L. Porcius, cf. Cic. Att. 7, 15, 5 ; 1, 15, 2 ; e) [avec adesse, marquant résultat du mouvement] adest a milite Pl. Ps. 924, il est là venant de la part du militaire, cf. Mil. 958, 1046 ; Ter. And. 268 ; Virg. En. 7, 454 ; dona adsunt tibi a Phædria Ter. Eun. 465, il y a là pour toi des présents de la part de Phædria ; f) [avec les noms de ville] de = des environs de [et non pas de l’intérieur de] : Cic., Cæs. ¶ 2 [pour marquer la provenance] petere, postulare, quærere, demander à ; impetrare, obtenir de ; accipere, recevoir de ; habere, tenir de, etc. ; emere, acheter à ; sumere, haurire, prendre à, puiser à ; trahere, tirer de ; ducere, faire venir de, etc. ; discere, audire, apprendre de, entendre de, etc. ¶ 3 [idée d’origine] a) oriri, prendre naissance à ; fluere, découler de ; nasci, naître de ; proficisci, partir de, provenir de ; ea sunt omnia non a natura, verum a magistro Cic. Mur. 61, ces imperfections proviennent toutes non pas de la nature, mais du maître, cf. Har. 39 ; Fin. 1, 21 ; Off. 2, 69 ; sed hæc et vetera et a Græcis Cic. Tusc. 1, 74, mais tout cela c’est ancien et aussi tiré de l’histoire grecque, cf. Fam. 3, 13, 1 ; 5, 3, 1 ; 9, 16, 7 ; Par. 11 ; Sest. 122 ; b) [idée de naissance, de descendance] a Deucalione ortus Tusc. 1, 21, né de Deucalion ; a M’. Tullio esse Cic. Br. 62, descendre de M’. Tullius ‖ [filiation philosophique, littéraire, etc.] ab his oratores exstiterunt Cic. Fin. 5, 7, d’eux (Péripatéticiens) sortirent des orateurs ; erat ab isto Aristotele Cic. de Or. 2, 160, il était de l’école de votre Aristote, cf. Or. 113 ; Mur. 63 ; c) [formant avec le nom de la patrie, du séjour, une sorte d’adjectif] Turnus Herdonius ab Aricia Liv. 1, 50, 3 [= Aricinus], Turnus Herdonius d’Aricie, cf. 6, 13, 8 ; 6, 17, 7 ; pastor ab Amphryso Virg. G. 3, 2, le berger Amphrysien [du fleuve Amphrysus] ‖ de la maison de, [en parl. d’un esclave] Pl. Ps. 616 ; Mil. 160 ; Curc. 407 ; Ter. And. 756 ; d) [étymologie] mater autem est a gerendis fructibus Ceres tamquam « Geres » Cic. Nat. 2, 67, quant à sa mère, son nom, Cérès, qui est comme Gérès, vient de gerere fructus, porter, produire les fruits, cf. 2, 64 ; 68 ; 2, 111 ; Leg. 2, 55 ; Varr. R. 1, 46 ; 2, 4, 17 ; 3, 12, 6, etc. ; L. 5, 20 ; 5, 66mærere a marcere Varr. L. 6, 50, mærere, s’affliger, vient de marcere, être affaissé : aures ab aveo Varr. L. 6, 83, le mot aures, oreilles, vient de aveo, désirer ‖ [mots grecs au datif] L. 5, 103, etc. ¶ 4 [avec dare, possidere, promittere] : aliquid ab aliquo, donner, posséder, promettre qqch en le tenant de qqn, provenant de qqn, cf. Pl. Cap. 449 ; Ps. 735 ; Cic. Flac. 44 ; Verr. 3, 177 ; a me argentum dedi Pl. Trin. 182, j’ai donné l’argent de ma poche, cf. 1144 ; Men. 545 ; aliquid a me promisi Cic. de Or. 1, 111, j’ai promis qqch de mon fonds, cf. Pis. 84 ; Lucr. 4, 468 ; Suet. Cæs. 84Antoni edictum legi a Bruto Cic. Att. 16, 7, 7, l’édit d’Antoine, je l’ai lu de Brutus, le tenant de Brutus.

II [éloignement, séparation, au pr. et fig.] de, loin de : ¶ 1 v. les verbes : dimittere, renvoyer de (loin de) ; excludere, deterrere, chasser de, détourner de, etc. ; abhorrere, distare, differre, étre éloigné de, différer de, etc. ; de turba et a subselliis in otium se conferre Cic. de Or, 2, 143, se retirer du milieu de la foule et loin des bancs du tribunal pour prendre du repos ; ab oppido castra movere Cæs. C. 3, 80, 7, en levant le camp s’éloigner de la ville ; v. solvo, fugo, ejicio, aufero, etc. ‖ [sans aucun verbe] a Chrysippo pedem numquam Cic. Ac. 2, 143, de Chrysippe il ne s’éloigne jamais d’une semelle, cf. Att. 7, 3, 11 ; Fam. 7, 25, 2 ; nunc quidem paululum, inquit, a sole Cic. Tusc. 5, 92, pour le moment, dit-il, écarte-toi un tant soit peu de mon soleil ‖ [nuances] unde dejecti Galli ? a Capitolio ? unde, qui cum Graccho fuerunt ? ex Capitolio Cic. Cæc. 88, d’où furent rejetés les Gaulois ? de l’accès au Capitole ; d’où les partisans de Gracchus ? du Capitole, cf. 86 ¶ 2 avec les verbes defendere, tueri, munire, tegere, prohibere, arcere, etc. défendre, protéger, garantir contre, écarter de ‖ stabula a ventis hiberno opponere soli Virg. G. 3, 302, placer l’écurie à l’abri des vents [en face de] exposée au soleil d’hiver ¶ 3 [expression] ab re, contrairement à l’intérêt : Pl. Cap. 338 ; As. 224 ; Trin. 239 ; haud ab re duxi referre Liv. 8, 11, 1, j’ai cru qu’il n’était pas inopportun de rapporter.

III du côté de ¶ 1 [sens local] a tergo, a latere, a fronte, de dos, de flanc, de front [de face] : a decumana porta Cæs. G. 6, 37, 1, du côté de la porte décumane ; ab ea parte Cæs. G. 6, 37, 2, de ce côté ; ab terra ingens labor succedentibus erat Liv. 26, 46, 1, du côté de la terre, il y avait d’énormes difficultés pour les assaillants, cf. Sall. J. 17, 4 ; Plin. Ep. 2, 17, 21 ; surgens a puppi ventus Virg. En. 5, 777, le vent s’élevant en poupe ‖ ab Opis Cic. Att. 6, 1, 17 [s.-ent. æde], du côté du temple d’Ops (comp. ad Castoris), cf. Liv. 10, 47, 4Magnetes ab Sipylo Cic. Q. 2, 9, 2, les Magnésiens qui habitent près du mont Sipyle, les Magnésiens du mont Sipyle, cf. Tac. An. 2, 47. ¶ 2 [point de départ, point d’attache] : stipites ab infimo revincti Cæs. G. 7, 73, 3, troncs solide-