Page:Garcin de Tassy - Rudiments de la langue hindi.djvu/32

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


le mot यज्ञ yajn, « sacrifice » s’écrit جگ, et le mot आज्ञा âjnâ, « ordre » s écrit آگیا.

Lorsqu’on doit écrire quelque mot arabe ou persan en caractère dévanagaris, on rend les lettres ث et ص par , la lettre ح par , la lettre خ par , les lettres ذ, ز, ژ, ض et ظ par  ; le ط par , le ع par la voyelle qui l’accompagne, le غ par گ, le ف par et le ق par  ; et on met souvent un point sous ces lettres.

Le signe indique la fin d’un hémistiche ; ce signe redoublé , la fin d’un vers. On emploie aussi ces mêmes signes dans d’autres cas, et quelquefois des étoiles ou des points pour indiquer la fin d’un vers ou d’un alinéa.

Lorsque deux ou plusieurs consonnes qui se suivent doivent se prononcer sans interposition d’aucune voyelle, on les groupe en sanscrit, et leur forme individuelle en éprouve quelquefois une altération telle qu’on a de la peine à les reconnaître.

Voici le tableau de la plupart de ces groupes :