Page:Garcin de Tassy - Rudiments de la langue hindi.djvu/93

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


JAYAKARÎCHHAND.
Sûta dit (ajouta) :

La grande puissance divine ayant pris son armure, les açuras se préparèrent au combat. Wischnu, en compagnie de Nar[1], prit l’ambroisie auprès de lui, et se réjouit avec Indra et Dânawa. Il fit donc boire l’ambroisie aux dévas, et, pour répandre la déception, il donna Surâ aux açuras. Râhu, ayant pris la figure d’un sura, alla en cet endroit. Il se mit à boire de l’ambroisie, y trouvant du bien-être. L’ambroisie lui parvint jusqu’au gosier. Le soleil et la lune le dirent à Wischnu. Alors Wischnu donna ordre à son disque, qui en conséquence sépara aussitôt la tête de Râhu de son corps. Ayant donc fait envoler la tête, elle alla au ciel, y étant parvenue à cause de la puissance qu’elle avait trouvée dans l’ambroisie. Râhu se mit à faire un bruit terrible ; son corps, sans tête, sauta et remplit la terre de crainte. Ainsi la tête et le corps, faisant inimitié, vont saisir encore actuellement le soleil et la lune[2].

Alors Wichnu, ayant laissé sa forme enchanteresse et ayant pris ses très-grandes armes, sa colère fit trembler la tribu des açuras, et un combat terrible commença. Auprès de la grande mer salée[3], les suras et les açuras, très-puissants, en vinrent aux mains.

CHAUPAÎ.

Les suras et les açuras s’arrêtèrent, étant en grande colère ;

  1. Nar signifie homme, et aussi Wischnu sous la forme humaine. Ici les deux noms de Wischnu forment un pléonasme.
  2. Telle est l’explication que donne des éclipses la mythologie hindoue.
  3. C’est-à-dire tout simplement « de la mer. » Le mot सिंधु s’appliquant aussi aux rivières, on doit y ajouter une épithète quand il désigne la mer. Il en est de même du mot persan دریا qui, dans l’Inde, ne signifie « mer » qu’autant qu’il est suivi du mot شور « salé. » En arabe, le mot بحر « mer » s’applique aussi aux rivières, surtout s’il est suivi du mot حلو « doux ; » et souvent, dans le premier sens, il est accompagné de l’adjectif مالح « salé. »