Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome I, 1845.djvu/102

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
102
HISTOIRE

liberté et des richesses, reprenaient le rang qu’elles doivent occuper dans la société dont elles sont la principale force. En repoussant du poste qu’elle occupait depuis des siècles cette noblesse guerrière qui ne s’était distinguée que par la destruction et l’effusion du sang, elles allaient introduire dans l’État des principes plus favorables à sa puissance et à la liberté des peuples. « Tout progrès, en effet, dit Lamennais, se résout dans l’extension de la liberté, car le progrès ne peut être conçu que comme un développement plus libre ou plus complet des puissances propres des êtres. Or, dans l’ordre social, nulle liberté sans propriété : elle seule affranchit pleinement l’homme de toute dépendance. »

La découverte du Nouveau-Monde avait activé ce grand mouvement. Les nations s’étaient mises à coloniser, les unes pour se débarrasser de sectaires remuans, d’autres pour ouvrir un champ aux travaux des prédicateurs chrétiens, toutes pour se créer des sources de richesse et de puissance. La France s’est surtout distinguée par ses efforts pour convertir les infidèles, et l’on peut dire à l’honneur de sa foi, qu’aucun autre peuple n’a tant fait pour cette cause toute de sainteté et de philantropie. C’est par cela probablement que l’on peut expliquer l’estime que toutes les nations indiennes