Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome I, 1845.djvu/107

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
107
DU CANADA.

On a déjà pu remarquer avec quelle ardeur les jeunes gens de famille noble se jetaient dans ces entreprises. Cartier et Roberval furent accompagnés par des gentilshommes dans tous leurs voyages. L’esprit inquiet et aventureux qui a distingué à un si haut degré la noblesse française du moyen âge, alors la première du monde, et dont les exploits depuis les bords brumeux d’Albion jusqu’aux rochers arides du Jourdain, formeraient un livre si intéressant et si dramatique, cet esprit, disons-nous, semblait chercher en Amérique un nouvel élément à son activité, et l’occasion de se soustraire à la sujétion que la politique du souverain faisait peser de plus en plus sur cette caste, dont l’ambition et l’indépendance avaient été pendant si longtemps pour la royauté un objet de souci et de crainte.

Champlain s’embarqua de nouveau avec le baron Jean de Poutrincourt pour l’Amérique, où ce dernier avait dessein de s’établir avec sa famille. Partis en mars 1604, du Havre-de-Grâce, les vaisseaux chargés d’émigrans des deux religions avec leurs prêtres et leurs ministres, se dirigèrent vers l’Acadie, dont de Monts préférait le climat à celui du Canada, qu’il trouvait trop rigoureux.

L’Acadie à peine connue, n’était fréquentée que par les traitans. C’était le plus beau pays