Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome I, 1845.djvu/120

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
120
HISTOIRE

suader aux habitans, attirés par la fumée et les flammes qui dévoraient leurs asiles, de se retirer avec les Anglais ; que leur chef était ruiné et ne pourrait plus les soutenir ; ils repoussèrent cet avis avec mépris, et l’un d’eux leva même une hache sur ce Jésuite et menaça de le tuer, en l’accusant d’être la cause de leurs malheurs.

Après la destruction de Port-Royal, une partie des habitans se dispersa dans les bois ou se mêla avec les naturels ; une autre gagna l’établissement que Champlain avait fondé sur le fleuve St.-Laurent. Ce désastre acheva d’épuiser les ressources du baron de Poutrincourt, qui, l’amertume dans l’âme et n’ayant plus aucune espérance, abandonna pour jamais l’Amérique.

De retour en France il prit du service, et dans les troubles qui survinrent à l’occasion du mariage du roi, il fut chargé de s’emparer de Méri-sur-Seine et de Château-Thierri. Il fut tué au siège de la première ville qui fut prise, et son corps fut enterré à St.-Just en Champagne. On peut le regarder à juste titre comme le véritable fondateur de Port-Royal ou Annapolis. Sa persévérance assura le succès de l’établissement de l’Acadie ; car la destruction de Port-Royal n’amena pas l’abandon de cette province, qui continua d’être occupée par la plupart des anciens colons, auxquels vinrent bientôt se joindre de nombreux aventuriers.