Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome I, 1845.djvu/128

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
128
HISTOIRE

tant ès affaires de la guerre que de justice et police pour la première fois, et de là en avant nous les nommer et présenter, pour en être par nous disposé, et donner les lettres, titres et provisions tels qu’ils seront nécessaires. Et selon les occurrences des affaires, vous-même avec l’avis de gens prudens et capables, prescrire sous notre bon plaisir, des lois, statuts et ordonnances, autant qu’il se pourra conformes aux nôtres, notamment des choses et matières, auxquelles n’est pourvu par icelles. »

Les gouverneurs n’avaient pour tempérer leur volonté, que les avis d’un conseil de leur choix, et qu’ils n’étaient pas tenus de suivre. Tout cela était bien vague et bien fragile. Mais tels sont à peu près les pouvoirs qui ont été délégués à tous les fondateurs de colonies dans l’Amérique septentrionale, sauf quelques rares exceptions dans les provinces anglaises. Ce système avait peu d’inconvéniens dans les commencemens, parce que la plupart des planteurs étaient aux gages d’un gouverneur ou d’une compagnie sous les auspices desquels se formait l’établissement. Mais à mesure que les colonies prenaient de l’extension, leurs institutions se formulaient sur celles de leurs mères-patries respectives, dont elles prenaient plus ou moins la physionomie et le caractère.

Champlain trouva que depuis Jacques Cartier,