Page:Garneau - Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours, tome I, 1845.djvu/149

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
149
DU CANADA.

languir cette province, qui ne demandait qu’un peu d’aide pour fleurir et prospérer. Ces plaintes parvinrent aux oreilles de Richelieu chargé alors des destinées de la France. En apprenant le mal, il avisa au remède avec sa décision et sa promptitude ordinaires.

Ce ministre que l’Europe s’accorde à regarder comme le plus grand homme d’état moderne, était parvenu au timon des affaires en 1624. Créature du maréchal d’Ancre, il sut acquérir les bonnes grâces de la reine mère, dont il fut dans la suite un ennemi acharné. Il s’employa activement pour rétablir la paix entre elle et le roi son fils ; pour l’en récompenser, elle lui fit obtenir le chapeau de cardinal et une place dans le conseil, qu’il assujettit bientôt à ses volontés par sa fermeté et par ses talens. Il introduisit un système de politique qui changea la face de l’Europe. Ce puissant génie, dit l’abbé Millot, gouvernant la monarchie française, maîtrisant la faiblesse du monarque, subjuguant l’audace des calvinistes et l’ambition séditieuse des grands, étonna le monde par l’éclat de ses entreprises. Il fit couler des fleuves de sang, il gouverna avec un sceptre de fer, il rendit la France malheureuse, il fut craint et haï autant qu’admiré ; mais son ministère fera une des principales époques de l’histoire par les révolutions et les événemens célèbres qu’il a produits.